Culture
- Publié le 6 juillet 2021

Périscope : la musique comme lien social

Le projet Rêveries Sonores a été l’invité du Foyer de l’Auvent afin de composer des temps de rencontres artistiques au sein de cet établissement d’accueil Mère-Enfants.

Contenu

Comment est né le projet Rêveries Sonores ?
Alice Rouffineau
: Il y a quelques années, une éducatrice du Foyer de l’Auvent (cours de Verdun dans le 2ème) nous avait contactés pour créer des premiers liens entre les établissements, nous avions donc accueillis les mamans et les enfants sur des temps de programmation Jeune public pendant les vacances scolaires. Puis Hélène Collet, référente éducative est arrivée à l’Auvent, et connaissant le Périscope, nous nous sommes rencontrées pour co-construire un projet musical : je lui ai proposé qu’on fasse de la musique avec les résidentes du Foyer.

Pourquoi avoir choisi les frères Joubert pour ces Rêveries Sonores ?
La particularité du Foyer de l’Auvent est qu’il accueille soit des mamans enceintes, soit des femmes célibataires avec des enfants de moins de cinq ans. Il fallait trouver des artistes qui soient suffisamment sensibles et qui puissent faire de la musique pour les tout-petits. Félix et Romain Joubert avaient déjà mis en place leur projet de "sieste sonore" qui était tout public et je leur ai proposé d’adapter ce projet pour que les enfants puissent venir dès la naissance. L’idée c’était de trouver des interactions avec les tout-petits : intégrer des objets que les enfants puissent prendre, rendre le spectacle plus visuel, plus participatif. C’est comme ça que sont nées les "rêveries sonores"… Et c’est ce projet que nous avons présenté au Foyer de l’Auvent.

L’idée du podcast est arrivée par la suite ?
L’idée du podcast est partie du Périscope. Sur tous les projets d’action culturelle, j’essaye d’avoir un regard sur la valorisation. Nous avions l’aisance budgétaire et les prémices de la création de la radio du Périscope, nous avons donc proposer la création un podcast immersif à Cheese Naan, l’idée a plu aux artistes et au partenaire (le Foyer).

Comment un tel projet est-il ancré dans la vie du Périscope ?
Nous, on cherche à décloisonner les esthétiques qu’on défend ici. On réfléchit à comment amener des personnes qui ne viendraient pas spontanément dans nos lieux. Et comment on sort des murs du Périscope… Depuis que je suis arrivée en 2015, on fait des projets avec les autres. Je travaille aussi bien en établissement de santé, en milieu carcéral, avec des enfants, à l’école… L’objectif est d’arriver à ce que ces "musiques innovantes" ne soient pas réservées à un public d’initié. C’est aussi un moyen, par le biais de la rencontre avec les artistes, de donner une place dans notre société à toutes ces personnes… Pour ce projet, un des premiers objectifs étaient que les mamans trouvent des appuis sur le territoire, arrivent à sortir du Foyer, à gagner en autonomie. On y est arrivé même si la crise sanitaire ne nous a pas franchement facilité les choses : on n’a pas pu vraiment ouvrir nos portes comme on le voulait. Du coup, ce sont plutôt les musiciens qui se sont déplacés, on a fait venir la musique dans les murs du Foyer.

Est-ce que les musiciens ont eu de la difficulté à récupérer de la "matière sonore" ?
Franchement non. Les séances, une dizaine en tout, ont été très fluides, et même très fournies, pour ne pas dire trop, il a fallu faire des choix. Bon, les enfants côté production sonore, ça marche toujours. Ce qui est intéressant, c’est que toutes les mamans avaient une sorte de passif musical. Elles avaient toutes envie de chanter. Avec des origines très différentes, il y avait beaucoup de chants traditionnels qu’elles connaissaient et qu’elles avaient envie d’exprimer.

Comment s’est terminé ce projet ?
On espère que le podcast va encore vivre pendant quelques mois… Il y a quelques semaines, nous sommes allés au Foyer pour faire écouter des parties de la performance aux mamans, leur donner le podcast et écouter des passages ensemble. Le vrai point de clôture du projet aura lieu pendant notre festival Radio terrasse. Les Frères Joubert vont venir faire une performance live des Rêveries sonores, à laquelle sont invitées les résidentes du Foyer de l’Auvent. Ca se passera en mode tout public le jeudi 8 juillet à 16h.

De nouveaux projets pour les mois à venir ?
L’année prochaine, on a deux projets principaux de création participative. Le 1er en lien avec l’EHPAD Smith, c’est un projet qui a été reporté parce qu’on a pas du tout pu travailler en EHPAD l’année dernière. On va faire un lien entre l’EHPAD et l’école maternelle Gilibert et créer une pièce sonore sous forme de concert dessiné avec le groupe Watchdog. Le second projet, accompagné par la Métropole, rassemble aussi plusieurs acteurs du quartier, la Bibliothèque du 2ème, les Archives Municipales, les éducateurs de quartier, autour d’un groupe de jeunes du collège Jean Monnet sur de la prévention du décrochage scolaire. Il s’agit d’un projet de création musicale et vidéo avec le groupe The Buttshakers.

Bloc recherche - Actualités