Culture
- Publié le 21 mars 2022

Rencontre avec Maxime Mansion, co-directeur artistique du festival Les Contemporaines

Crédit photo : Maxime Mansion - En acte(s)

Le Festival EN ACTE(S) et les Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre s’associent pour la première édition d’un festival dédié aux écritures dramatiques francophones : Les Contemporaines à découvrir du 2 au 14 mai 2022.
Au programme des spectacles, lectures, rencontres, ateliers d’écriture et un salon du livre.

Rencontre avec Maxime Mansion co-directeur de ce nouveau festival.

Contenu

Maxime Mansion, vous êtes directeur artistique du festival Les Contemporaines avec Pauline Hercule, Mathilde Gamon et Emilie Zeizig. Comment est né le festival ?

Pour nos deux équipes, (Festival EN ACTE(S) et les Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre) dont l’objectif est d’accompagner les auteurs dramatiques dans toutes les dimensions de leur métier, la création d’un événement commun s’est imposée comme une évidence.

Un autre dispositif est également partenaire de l'aventure : les Lundis en coulisse, qui proposent un lundi par mois de découvrir des textes dramatiques contemporains.
 

Dans le cadre d’En ACTE(S) 9 textes sont commandés à 9 auteurs. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous passons commande de 9 textes "qui doivent faire écho à l'actualité". Il n'y a pas de thème imposé, tout repose sur l'interprétation de cette consigne. Nous nous retrouvons face à un théâtre de l'urgence et du présent. Chacun y aborde ce qui, pour lui ou elle, est essentiel d'aborder et de partager aujourd'hui.

Nous ne présélectionnons pas les textes, nous donnons libre expression aux autrices et auteurs. Nous leur faisons entièrement confiance dans l'écriture d'un texte inédit afin qu'ils puissent expérimenter leur langue au plateau. C'est le goût de la découverte et de la rencontre qui régit le festival !

Nous donnons cependant un cadre très précis aux auteurs invités pour que l'urgence de l'écriture se déploie le plus librement possible.

Le texte doit pouvoir être joué en 1h maximum par 5 comédiens ou comédiennes maximum. L'auteur est mis en binôme avec un metteur en scène et ils ont 12 jours maximum de travail avec leur équipe de comédiens et comédiennes pour la mise au plateau. Il n'y a pas de régie son, ni de régie lumière, tout doit naître du plateau pour un théâtre vif, inventif et spontané.
 

Cette année, une œuvre est destinée au jeune public, pouvez-vous nous la présenter ?

La présence du jeune public est très importante pour moi. L’écriture se fait, pour ce projet, au sein d'une école du 2ème arrondissement de Lyon (l'école Germaine Tillion), avec deux classes de CM1-CM2. Pauline Noblecourt-Berjon propose d'accompagner les enfants dans le processus d'écriture.
Ils sont donc eux-mêmes co-auteurs de la pièce, et choisissent la thématique abordée, les personnages, l'histoire...
Les enfants ont eu envie d'aborder le thème du genre et des personnes transgenres. Je trouve formidable de pouvoir créer, grâce au théâtre, une discussion autour de ces questions complexes dès leur jeune âge. Je prendrai en charge la mise en scène. J'ai hâte de découvrir leur texte !

La création se fera au Théâtre de la Croix Rousse pour plusieurs représentations début mai, le spectacle rejoindra ensuite l'intégrale le samedi 14 mai au TNP.
 

Dans le cadre des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre, un concours est ouvert aux auteurs de théâtre. Combien de textes avez-vous reçu et quelles sont vos critères de sélection ?

Le concours reçoit plus de 400 textes, preuve que l'écriture dramatique est bien vivante et présente. Chaque texte est lu minimum 2 fois. C'est un énorme travail de lecture qui est fait par des professionnels et des amateurs.

Tous les textes théâtraux sont les bienvenus. Le seul critère c'est qu'ils n'aient pas été joués. Après c'est un ensemble de lecteurs qui discutent, échangent, débattent pour élire les 5 textes lauréats.

Les textes lauréats, seront présentés par le biais de lectures mises en espace. Ils seront également tous publiés dans une maison d’édition spécialisée dans l’écriture dramatique.
 

Est-ce que le festival sera l’occasion de découvrir le travail d’artistes lyonnais ?

Bien sûr ! C'est très important pour nous que les artistes présents soient aussi et en grande majorité des artistes de la métropole. Le festival réunit en deux semaines une centaine d'artistes, auteurs, metteurs en scène, comédiens et comédiennes... Je ne vais donc pas pouvoir tous les citer !

Le festival développe également un axe fort autour de la francophonie. En invitant des auteurs d'horizons différents ayant comme point commun d'écrire en français, nous posons les bases d’une réflexion autour de la langue. Comment l'interprétation d'une même langue peut s’enrichir, varier, se moduler selon sa culture, son origine ou l'actualité qui nous est propre et propre à notre pays ?

Une chose est sûre c'est que le festival est le lieu idéal pour découvrir des textes inédits, de jeunes artistes et des artistes plus expérimentés. L'écriture contemporaine est une fête. Elle parle de chacun de nous.

 

Découvrir le festival Les Contemporaines

 

Bloc recherche - Actualités