Culture
- Publié le 29 novembre 2021

La citadelle des mâles : conférence /débat

Vignette

Afin de questionner le rôle des femmes dans les lieux de pouvoir, la Mairie du 4ème arrondissement de Lyon vous invite à une table ronde autour d'invitées exceptionnelles.

Contenu

À l’occasion du finissage de l’exposition « 𝑱𝒆 𝒗𝒆𝒖𝒙 𝒖𝒏𝒆 𝑷𝒓𝒆́𝒔𝒊𝒅𝒆𝒏𝒕𝒆 », travail graphique réalisé par l’artiste Alice Néron autour des formes d’expression des violences, de sexiste et d'homophobe proférés par les personnalités politiques françaises, l’espace d’exposition accueillera une discussion entre Françoise Barret, Anaïs Widiez, Charlotte Marchandise et le public. Venues partager leurs expériences et analyses du sexisme structurel dans le champ politique et dans le milieu culturel, elles seront épaulées par les représentant·es de la nouvelle librairie féministe croix-roussienne “𝑼𝒏𝒆 𝒍𝒊𝒃𝒓𝒂𝒊𝒓𝒊𝒆 𝒂̀ 𝑺𝒐𝒊·𝒆” (rue Pizay 69001) et de la revue lyonnaise féministe “𝑭𝒆𝒎𝒎𝒆𝒔 𝑰𝒄𝒊 𝒆𝒕 𝑨𝒊𝒍𝒍𝒆𝒖𝒓𝒔”.

 

  • 𝗙𝗿𝗮𝗻𝗰̧𝗼𝗶𝘀𝗲 𝗕𝗮𝗿𝗿𝗲𝘁 est co-fondatrice et membre du conseil d’administration de HF Rhône-Alpes. Conteuse, auteure et comédienne, elle s’engage contre les inégalités sociales et professionnelles induites par le le genre dans le milieu du spectacle et de la création.
  • 𝗔𝗻𝗮𝗶𝘀 𝗪𝗶𝗱𝗶𝗲𝘇 est élue écologiste d’opposition à la région Auvergne Rhône Alpes. Elle considère que la féminisation de la vie politique est le moyen de parvenir à un renouveau démocratique et un acte concret en faveur des injustices sociales et en réaction au bouleversements écologiques. Aussi, elle s’engage puissamment afin d’instituer une politique féministe au sein du conseil régional et promeut une implication massive des femmes dans la vie politique à tous les échelons.
  • 𝗖𝗵𝗮𝗿𝗹𝗼𝘁𝘁𝗲 𝗠𝗮𝗿𝗰𝗵𝗮𝗻𝗱𝗶𝘀𝗲 est consultante auprès de l'OMS, ex-adjointe à la santé à la mairie de Rennes entre 2014 et 2020, candidate citoyenne de la Primaire Populaire à l'élection présidentielle en 2017, et à nouveau en 2022. Elle s'investit pour ouvrir les mandats politiques aux citoyens, particulièrement aux femmes, et lutter contre la fracture de confiance politique en France par plus de participation démocratique à tous les échelons de décision.

Ensemble, elles présenteront leurs lignes tactiques afin d’enjamber les murs de la « 𝒄𝒊𝒕𝒂𝒅𝒆𝒍𝒍𝒆 𝒅𝒆𝒔 𝒎𝒂̂𝒍𝒆𝒔 » et renverser les logiques de dominations masculines sur les espaces de création et de décision.

Un apéritif convivial sera offert par la Mairie à la suite de la conférence, de 11h30 à 12h !


Ꙭ Le lien vers l'exposition https://fb.me/e/X93qMHDN

Colonne de droite 1

JE VEUX UNE PRÉSIDENTE

La Mairie du 4ème arrondissement e Lyon accueille en ses murs du 25 novembre au 5 décembre une exposition personnelle de la jeune artiste plasticienne Alice Neron, intitulée “𝙅𝙚 𝙫𝙚𝙪𝙭 𝙪𝙣𝙚 𝙥𝙧𝙚́𝙨𝙞𝙙𝙚𝙣𝙩𝙚". À l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, l’artiste présentera un format mural tiré du journal qu'elle réalise à partir d’un recensement de propos sexistes et homophobes des politicien.nes fançais.es associé à un travail de documentation et à une traduction du poème corrosif “I want a president” de l’artiste et activiste américaine Zoé Léonard. Écrit en soutien à la candidature de son amie lesbienne Eileen Myles à l’élection présidentielle de 1992 aux USA, l’artiste milite pour une diversité au sein de la classe politique dans une société marquée par de fortes violences homophobes, indifférente à l’épidémie dévastatrice du sida.

Alice Neron signifie au fil des pages de son journal  comment la parole publique structure une pensée contagieuse initiatrice de sexisme et d’homophobie. Elle expose sans pudeur celles et ceux qui participent à une dynamique excluante qui privatise les fonctions représentatives en jetant le discrédit sur des catégories de population pour les écarter de la scène politique.

Diplômée d’un diplôme national d’art en option design, à l’École Supérieure d’Art et design de Saint-Etienne en juin 2021, Alice Neron  étudie en parallèle la sociologie et l'anthropologie dans le cadre d’une licence universitaire. Elle questionne le design graphique dans ses dimensions sociales et politiques et l’aborde comme un outil "capable de donner forme à des voix marginalisées avec justesse afin qu'elles soient traitées avec justice".

L'exposition est ouverte au public samedi 4 décembre de 9h à 12h15. 

Bloc recherche - Actualités